Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de la fille au chomage

Le blog de la fille au chômage c'est juste un blog, avec une fille dedans. Une fille dedans au chômage.

Je suis un produit de mon temps.

Publié le 10 Octobre 2012 par Kim Becher in obsolescence, actualité

Mais vous aussi, alors ça va.

Nous sommes donc des produits de ce temps grisâtre et déprimant : l’aube du XXIème siècle. Les faux semblants, les tocs, les tensions, sociales, sexuelles, sous-jacentes qui ne disent pas leur nom. La vie dans ce siècle ne s’analyse pas car elle fuse, elle jaillit, elle implose et se renouvelle constamment. Et l’iphone 6 n’a plus le temps de tuer à la tâche quelques centaines d’enfants chinois que déjà l’ibook new generation lui fait de l’ombre. Que dis-je ! Il ne lui fait pas d’ombre, il l’enterre définitivement jusqu’à ce que l’infortuné iphone ne soit plus qu’un jouet pour pauvres… Les personnages de toys story sont sans doute morts de chagrin à l’heure qu’il est. Les choses n’existent plus, elles passent. La fugacité, l’obsolescence, l’étincelle de fin régit le monde.

Et l’on ne sait plus s’il faut rire ou pleurer. On ne sait plus rien d’ailleurs. Comment savoir, puisque rien n’existe ? A peine le dernier troufion syndicaliste osera-t-il encore lever son bras contestataire qu’une zappette l’aura transformé en réunion parlementaire sur LCI, suivi immédiatement d’un clip de mtv parce qu’il faut bien avouer qu’on se fait chier sur lci. Et ce troufion syndicaliste sur France 3 Bourgogne, oui ce troufion là, il n’existerait pour ainsi dire pas du tout si la chaîne régionale n’avait pas pointé ses caméras dans son usine. Et pour combien de temps ? La grève peut bien durer 3, 8 ou 15 mois, elle n’est réelle que le temps du reportage. Et quand bien même un péquenot de ministre viendrait ramener sa fraise dans cette usine, les mots de ses notes retranscrits dans les micros n’auraient aucun sens puisqu’ils n’existent pas en dehors de leur but original : être diffusés à la télévision, à la radio et sur le net, être entendus et repris par l’opposition, exister le temps d’une journée sur les ondes. Telle est leur raison d’exister.

Dieu me pardonne, c’est aussi la seule raison d’être des séries débiles que je regarde sur téva. Soit. Seulement celles-ci n’ont pas la prétention d’être autre chose.

Aussi le métier de journaliste se trouve-t-il relativement détourné de ses intentions premières. Je ne sais pas ce qu’en pensent ces derniers, ni comment ils vivent cette situation. Je parierai seulement qu’ils n’ont guère, comme tout un chacun, le temps de se poser la question. La vie dans ce siècle ne s’analyse pas car elle fuse. Même si le journaleux pose ses fesses sur son siège pour penser intelligemment sa dépêche AFP (plutôt que de la copier-coller dans l’info en continue qui défile en bas à droite de votre écran) qu’aura-t-il accompli? Les faits n’existeront plus demain parce que demain c’est la sortie de l’iphone 7.

La vie fuse : les objets n’existent plus, les évènements n’existent plus, et les gens… Les gens comme vous et moi? Honnêtement je ne sais pas. Notez que je m’intéresse à la question. Je ne suis pas journaleux, je ne suis pas troufion syndicaliste, ni péquenot ministre, ni rien d’ailleurs. Je suis au chômage et je suis un produit de ce temps ; ce statut seulement puisse-t-il me permettre d’analyser la vie de ce siècle qui fuse. La vie de ce temps qui n’en est pas un puisqu’il en manque.

Amen.

 

"Venue du coeur, qu'elle aille au coeur." Beethoven

Commenter cet article