Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog de la fille au chomage

Le blog de la fille au chômage c'est juste un blog, avec une fille dedans. Une fille dedans au chômage.

Je suis un black block tout seul.

Publié le 13 Octobre 2012 in chomage, individualisme, actualité

 

Vin diou on se pèle les couilles dans mon appartement.

Il fait froid et les prix du gaz affichent une hausse de 7% cette année. J’ai donc puni ma chaudière en lui ôtant ses droits fondamentaux et m’en suis allée chercher refuge sous trois couches de sweats à capuche noirs assortis à mon Keffieh révolutionnaire (weshh gros!).

Je suis un black bloque tout seul.

La solitude est une des caractéristiques du chômage. Le monde tourne autour de vous comme si de rien n'était, peut-être légèrement plus snob que d’habitude car vous ne faites plus vraiment partie du sien. Même le plombier a l’air de vous en vouloir lorsqu’il débarque à 9h et vous trouve en pyjama.

- Quoi mais merde à la fin !!!

Pour arrêter d’avoir honte j’ai dit que j’étais en congé. Besoin de s’auto-normaliser. Et puis pour me punir de n’être qu’une raclure de patate suceuse du dos de la société, le lendemain j’étais sur pieds à l’aube, toute prête à affronter le monde, la caf et pôle emploi.. 

A la caf j’ai rencontré mes pairs. Des gens inutiles et profiteurs comme moi, qui venaient sans doute quémander de l’argent comme moi. Durant les 55 minutes d’attentes, nous avons eu le temps d’échafauder un réseau de mendicité et de prostitution sans doute plus lucratif que nos allocations pour le logement. Mais mon numéro est apparu sur l’écran et j’ai dû abandonner mes compatriotes à leur triste sort, pour rejoindre l'élite de ceux qui sont appelés par un conseillé.

Plus tard à pôle emploi, la dame m’a grondée très fort pour mon retard, tout en refusant l’excuse des 50 minutes d’attente à la caf. Comme rien ne pouvait entacher ma bonne humeur je l’ai laissé râler en songeant à l’usure précoce que son boulot devait affliger à cette dame qui devait avoir 35 ans et en paraissait 53.

Elle a ensuite expliqué que ma jeunesse rendait impossible mon accès au RSA, que mon inactivité me refusait tout droit au chômage et que je n’étais éligible à aucun contrat aidé. car :

- Vous n'êtes pas inscrite chez nous depuis plus de un an, vous ne touchez pas le RSA, vous n'habitez pas une Zone d’Education Prioritaire et vous n'êtes pas un adulte handicapé.

Evidemment vu sous cet angle...

Pour clore notre entretien, il nous fallut m’inventer un métier, car ma formation n’entrait dans aucune des cases du code ROME.

Je suis un produit de ce temps : un surdiplômé sans emploi, un de ceux qui n’ont jamais appris de métier, trop occupés à étudier les chevaliers paysans de l’an mille au lac de Paladru.

Je n’ai pas l’expérience requise, je n’ai pas la volonté suffisante pour me mêler à ce monde absurde qui se lève le lundi en espérant le weekend.

Je ne veux pas gagner ma vie car elle m’appartient déjà.

 

Chez ces gens là, monsieur,on n'vit pas... On triche.

Commenter cet article