Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le blog de la fille au chomage

Le blog de la fille au chômage c'est juste un blog, avec une fille dedans. Une fille dedans au chômage.

Quand vient la fin de l'été...

Publié le 8 Septembre 2019 par Kim Becher in futilités, cour de récré, parle à ma main

Quand vient la fin de l'été...

L’été est la meilleure saison du monde. Ce n’est pas un avis c’est un fait et j’en ai rien à foutre d’être autoritaire et obtus. D’ailleurs j’ai 14 raisons en béton.


1 / Je suis née en juillet. Début juillet. BAM, ça pose un truc direct. Avec moi se pointe l’été et tous les étés du monde viennent festoyer à mon anniversaire, se prendre des mines pas possible et danser ensemble autour d’un feu de joie.


2/ L’été il n’y a pas d’école. Et même si la vie est une garce qui t’oblige à grandir et à avoir un boulot qui te permet rarement de prendre plus de 2 semaines de congés et ben quand même… il reste tout une flopée de marmots sur terre qui vont être occupés 3 mois à s’ennuyer, construire des cabanes, draguer leurs voisin.e.s, se lever et se coucher plus tard que d’habitude et travailler leur imaginaire pendant les longues journées chaudes dans le jardin de papy-mamy. Et moi ça, ça m’émeut. Rien que le souvenir de l’excitation mêlée de peur la veille du départ en camp de vacances… Brrrrrrrr [Bruit de l’émotion]. Parce que l’été c’est l’ode à l’enfance. Enfin… l’enfance des pays occidentaux. Et des gens qu’ont des papy-mamy. Et un jardin. Et des sous pour t’envoyer en colo. Pas l’enfance des mines de lithium pour fabriquer mon portable... évidemment.


3/ Il fait chaud. Et moi je suis croisée moitié chameau, moitié lézard. Dégouliner de sueur sous les rayons du soleil c’est mon kiff. Mon corps hâlé me remonte le moral, mettre 20 secondes à m’habiller d’un short/tshirt le matin me remonte le moral, claquer mon PEL en terrasse me remonte le moral. Abandonner son corps à la pesanteur allégée du Lac des Sétons on ne peut le faire qu’en été ! On ne peut traîner dehors la nuit venue que lorsque la chaleur du soleil qui traine à se coucher vient accompagner cette promenade. On ne peut apprécier la fraicheur d’un tout petit matin, être heureux de se lever aux aurores, que parce qu’il fera 34 degrés dans 2h et que c’est tellement bon la rosée en été.


4/ La bouffe. Les tomates, les radis, les melons, les petit-pois, les concombres, les courgettes, les aubergines, les poivrons, les pêches, les nectarines, les fraises, les abricots, les tonnes de fruits et légumes savoureux que nous offre la nature à ce moment-là et pas à un autre… Ça, ça n’a pas de prix les ami.e.s. C’est incroyable, imparable, indubitable. Ces kilomètres de salades fraicheur me font périodiquement perdre 3 kilos et viennent ainsi achever ma mue annuelle d’oursonne dépressive en papillon bronzé amoureux de la vie.


Parce que l’été c’est la vie, c’est le temps qui fait une pause, la possibilité de ré-ouvrir un bouquin, l’amour à la plage, les odeurs de lavande, le crissement des grillons et moi qui m’ébahis… Sérieusement l’été ça me rend débile de bonheur, idiote de bons sentiments, saoule d’amour à partager ! Tiens, toi, de l’amour ! Et toi aussi de l’amour ! Et toi, et toi, et vous aussi et de l’amour et encore + d’amour mouahahahahah !!!!

 

Hélas mes doux chéris. Soyez gentils…
Lorsque, déconfite et amère, La Kim Becher de l’hiver,
Sous une quinzaine, Comme une rangaine, Reviendra…
Ne l’écoutez pas.

 

Commenter cet article